Skip links

Battue dans les maïs : c’est le moment !

Battue dans les maïs : c’est le moment !

Les sangliers prennent actuellement possession des champs de maïs. Les dégâts qu’ils y occasionnent peuvent être importants. D’où la nécessité de profiter de cette période qui autorise les battues dans les maïs.

 Les récoltes de céréales étant terminées, c’est dans les champs de maïs que les sangliers s’installent désormais. Ils y trouvent non seulement le gîte, mais surtout le couvert occasionnant d’importantes pertes pour les agriculteurs.
Et, rappelons-le, les dégâts causés aux cultures par le grand gibier (sangliers et cervidés) sont à la charge de la Fédération des chasseurs pour qui la facture grimpe chaque année. Avec l’envolée du prix des denrées agricoles, il n’est pas exclu qu’elle atteigne cette année deux millions d’euros (uniquement pour le département de l’Oise).

Aussi, la réglementation permet, depuis le 1er juin, de chasser le sanglier en battue, à l’affût et à l’approche sur l’ensemble des territoires soumis à plan de gestion et en plaine sur le reste du département (unités de gestion 3, 8, 9, 10 et 11), sous réserve d’une autorisation préfectorale individuelle (demande d’autorisation à télécharger en cliquant ICI).
A compter du 15 août, l’autorisation préfectorale individuelle ne sera plus nécessaire.

Afin de diminuer les populations de sanglier et réduire la facture de dégâts, la Fédération des chasseurs de l’Oise demande donc aux chasseurs de profiter de cette période pour réguler l’espèce en organisant des battues dans les maïs. Cela crée par ailleurs un climat d’insécurité pour les animaux qui prennent l’habitude de sortir régulièrement dans les cultures. Même une balle tirée à côté peut être un signal. De même, en l’absence d’animaux, le fait de passer avec chiens et rabatteurs laisse, pour un certain temps, des odeurs qui peuvent rebuter certains sujets.